Accueil > Un vent de changement > Voyager et survivre sur notre territoire > AGIAQ: SOUVENIRS DU PASSÉ

Photo Portraits de chasseurs Inuit 1865

Photo Inuk à la chasse au phoque Pang 1929

Photo Chasseur tente couleur

AGIAQ: SOUVENIRS DU PASSÉ

Présentation :
Dans le premier chapitre, Agiaq Kappianaq nous parle de sa famille, de son enfance et de sa vie de jeune adulte. Né en 1917, Agiaq a grandi dans la région de Salliq avec sa famille : son père Kappianaq, sa mère Uviluq et ses frères et sœurs. Kappianaq était un habile chasseur et sa famille vivait seule, comme celui-ci le désirait.

Au cours de l’entretien, Agiaq se remémore les jeux auxquels il prenait part quand il était enfant. Il se rappelle aussi de son apprentissage de la chasse avec son père et à quel point le premier gibier tué (un gros caribou mâle) avait été une source de joie pour la famille.

Dans cet entretien, Agiaq raconte également la vie à Salliq avant l’arrivée du christianisme. Il décrit les usages que les angakkuit pouvaient faire de leurs pouvoirs et les rituels qu’ils exécutaient, comme le sakaniq, irinaliutiniq ou qilaniq. Plusieurs membres de la famille d’Agiaq étaient des angakkuit.

Quand la famille d’Agiaq a quitté la région de Salliq pour celle de Baffin, Agiaq s’est converti au christianisme. Il nous raconte sa participation au rituel de conversion siqqitirniq alors qu’il était encore enfant. Ce rituel permettait aux personnes qui le voulaient de changer de croyances. Agiaq et sa famille se sont installés ensuite sur l’île d’Avvajja près d’Iglulik. Il y avait beaucoup de monde sur l’île, mais tous étaient apparentés. À Avajja vivait aussi le fameux chasseur et meneur Ittuksaarjuat. Les gens utilisaient son bateau en peau pour chasser le morse.

Vers la fin de l’entretien, Agiaq nous parle des rencontres avec les tuurngait. Il se remémore alors la perte tragique de sa petite-fille, emportée alors qu’elle jouait dehors.