Accueil > Le développement de services gouvernementaux dans l'Arctique > Question de survie > L’alternative coopérative

Photo Frobisher Bay 1972 couleur

L’alternative coopérative

Présentation :
Au début des années soixante, quelques prêtres et des représentants de coopératives du Nord du Québec, ainsi que des employés de la GRC, se sont rassemblés pour parler de coopératives et de comment elles pourraient aider à soulager les problèmes sociaux du Nord.

Les coopératives ont débuté comme des associations collectives d’artisanat, pour vendre des sculptures et des estampes – Abe se rappelle que ces premières sculptures étaient parmi les plus bouleversantes qu’il ait jamais vues.

Aujourd’hui, le mouvement coopératif est très puissant dans le Nord, et quelques coopératives de logement se sont très bien débrouillées. D’autres ont souffert d’une mauvaise gestion et n’ont pas survécu. Le système coopératif est conforme à l’esprit communautaire des Inuit, et ils comprennent la logique selon laquelle « on n’aura pas tout, tout de suite, mais dans le futur on pourra devenir plus puissant. » Abe parle de la nécessité pour le peuple du Nord de s’unifier, au lieu de rester divisé, un peu comme a fait le mouvement coopératif dans l’Arctique.