Accueil > Quand le Nord rencontre le Sud > Souvenirs inuits sur la présence militaire à Iqaluit > APEX HILL, LE GOUVERNEMENT ET LA FIN D’UNE ÉPOQUE…

Caribous dans la vallée de la rivière Koroc, dans les Monts Torngat.

Sur les rives de la baie d'Ungava, au sud de Killiniq.

APEX HILL, LE GOUVERNEMENT ET LA FIN D’UNE ÉPOQUE…

Citation :
Inuapik Saagiaqtuq

"Lorsque j’entends des commentaires défavorables à l’égard des Américains, je sens que je dois les défendre, car ils ont énormément aidé les Inuits. Les qallunaat ne seraient peut-être pas ici si les Américains n’avaient pas fondé cette ville. Ce sont les Américains qui ont fondé Iqaluit, pas le gouvernement. Le gouvernement est arrivé après. C’est pourquoi je défends les Américains lorsqu’il y a des critiques."
Présentation :
Dans le dernier chapitre, les aînés nous parlent de l’arrivée du gouvernement canadien, de la construction d’Apex Hill et du départ des Américains, qui leur ont laissé des souvenirs chers.

Iqaluk Ipeelie nous parle de l’arrivée de la CBH à Apex, puis de la construction des bâtiments et des maisons, à l’arrivée du ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien. Il mentionne que, même si la CBH est déménagée à Apex en raison de la présence des Américains, les gens de la CBH ne visitaient pas ces derniers. Les Inuits ne socialisaient pas avec eux non plus. Il nous indique que la première maison à être construite à Apex a été un foyer pour les personnes handicapées. Il raconte également le début de la cohabitation des Inuits et des qallunaat, dont fait également mention Martha Tikivik.

Pallu Nowdlak nous parle de son déménagement à Apex, de l’arrivée du gouvernement canadien ainsi que des maisons et de la route d’Apex que ce dernier a construites. Pallu Nowdlak mentionne que les Américains ont beaucoup aidé les Iqaluitois.

Jayko Pitseolak nous fait part de ses souvenirs de l’établissement d’Apex et de l’aménagement de sa première maison. Elle mentionne que ce sont les femmes qui décidaient de l’emplacement des maisons. Le gouvernement installait la charpente, et ensuite, les hommes qui l’habiteraient construisaient le reste, se rappelle-t-elle. Elle mentionne également la démolition de certains bâtiments qui appartenaient aux Américains.

Ooleepeeka Nooshoota se souvient du départ des Américains, et de l’instauration de nombreuses lois et règles par le gouvernement. D’autres aînés nous parlent des changements positifs et négatifs que l’arrivée du gouvernement a apportés, et nous indiquent les points importants de l’histoire et de leurs souvenirs qui devraient être inclus dans le livre.

Tomassie Naglingniq, Inuapik Saagiaqtuq, Anugaaq Arnaqquq et Elijah Pudlu nous racontent avec émotion à quel point les Américains ont aidé les Inuits. Ils nous font part de leur reconnaissance envers eux pour avoir fondé Iqaluit et d’autres collectivités du Nunavut.