Accueil > Une incursion dans la tradition orale inuit > Perspectives sur le droit traditionnel > Chapitre 11

Caribous dans la vallée de la rivière Koroc, dans les Monts Torngat.

Sur les rives de la baie d'Ungava, au sud de Killiniq.

 

Chapitre 11

Citation :
Emile Imaruittuq

Il y a trois types de chansons traditionnelles : les pisiit, ou qilaujjarusiit, qui sont des pisiit chantées avec un tambour, et les iviutiit, qui servaient à gêner les gens, à se moquer d’eux, à rire de leurs faiblesses. Ils créaient des chansons pour se moquer d’autrui. Il y a également les sakausiit, les chansons utilisées par les angakkuit. Ce sont les trois types de chansons que je connais. (Page 228)
Présentation :
Pisiit, chansons
Les pisiit expriment des émotions. Dans la culture inuit, la tradition a
toujours voulu que les pensées et les émotions pour exprimer la colère ou
le regret soient exprimées afin que ces sentiments ne se retournent pas
contre soi-même ou contre autrui. Les chansons étaient l’un des moyens d’y
parvenir. C’est la raison pour laquelle Kappianaq a exprimé dans une chanson
son chagrin à propos de l’assassinat de son frère. Cela lui a peut-être permis de
se retenir de venger son frère lorsque l’occasion s’est présentée. Imaruittuq
s’est révélé être un chanteur passionné et tout le monde a apprécié ses
chansons pendant le cours. Il collectionne les chansons traditionnelles dans
son livre de chants. Imaruittuq explique : « Il y a trois types de chansons
traditionnelles : les pisiit, ou qilaujjarusiit, qui sont des pisiit chantées avec un
tambour, et les iviutiit, qui servaient à gêner les gens, à se moquer d’eux, à rire
de leurs faiblesses. Ils créaient des chansons pour se moquer d’autrui. Il y a
également les sakausiit, les chansons utilisées par les angakkuit. » Dans ce
chapitre, il est surtout question de la première catégorie. Ces chansons
constituent une tradition vivante car les chanteurs adaptaient les chansons qui
leur plaisaient. Imaruittuq dit : « Ikiaqtaaq signifie que c’est une chanson de
quelqu’un d’autre que j’utilise mais je crée mes propres mots. » La tradition
reste vivante et elle est toujours dynamique.