Accueil > Une incursion dans la tradition orale inuit > L'éducation des enfants > Chapitre 8

Photo Femme Inuit avec un enfant

Chapitre 8

Citation :
Naqi Ekho
Quand quelqu’un prend les choses à la légère, rien ne lui arrive tout d’abord. Mais plus tard au cours de sa vie, il pourrait arriver quelque chose à ses enfants ou à lui-même. Nous savions que nous serions éventuellement payés de retour pour nos mauvaises actions. Ma mère me disait que c’est ce qui arriverait si je faisais volontairement quelque chose de mauvais. Quand nous avions fait une bêtise, nous nous sentions toujours terriblement honteux. C’est pourquoi nous portions constamment attention aux autres. Même si les gens n’appartenaient pas à notre famille, nous prenions soin d’eux. Nos mères nous disaient toujours que nous devions nous occuper de tout le monde et faire attention aux autres, même s’ils étaient handicapés. (Page 114)
Présentation :
Le chapitre s’ouvre sur la question de l’intimidation. « Les enfants ne doivent pas être intimidés par leurs parents. » (Page 113). Même s’il arrive qu’un enfant soit gêné, il ne doit pas être intimidé, surtout par ses parents, car son comportement adulte s’en ressentirait. Un enfant intimidé reproduira ce comportement une fois adulte. S’il a été intimidé, il intimidera à son tour et s’il a été aimé et respecté, il aimera et respectera ses proches à son tour.

Cet apprentissage commence pour un enfant dès la grossesse. Même fœtus, si le père maltraite sa femme, ou si le couple se querelle souvent, le bébé le ressent et reproduira ce comportement quand il sera grand. « Les enfants apprennent ce type de comportement. Ils pensent que leur père agira toujours ainsi. » (Page 116) Et plus encore, si une femme enceinte sursaute de surprise, son ‘bébé […] sera facilement effrayé. […] il faut donc faire attention de ne pas surprendre les femmes enceintes. » (Page 117).