Accueil > Une incursion dans la tradition orale inuit > Perspectives sur le droit traditionnel > Chapitre 8

 

Chapitre 8

Citation :
Imaruittuq
Je vais vous raconter une excellente histoire. Disons que plusieurs chasseurs avaient attrapé un morse. Celui qui l’avait touché le premier avec une balle ou un harpon pouvait choisir le premier. Puis la seconde personne, et les autres ensuite, selon l’ordre dans lequel chacun avait touché l’animal. Le premier qui l’avait harponné ou qui l’avait touché par balle prenait les pattes de devant. Les suivants à l’avoir touché prenaient le torse, l’estomac et la poitrine. S’il y avait beaucoup de personnes, tout le monde devait partager ces morceaux. Le dernier morceau à être distribué, c’était la partie située autour des nageoires. (Page 152)
Présentation :
Propriété et partage
Le mot Inuk, qui veut dire « personne », signifie également propriétaire,
habitant et, pour les objets inanimés, esprit. Les Inuit sont les habitants
de la terre sur laquelle ils vivent, mais la notion de propriété foncière
diffère de celle acceptée dans le monde occidental. N’importe qui a accès à la
terre pour y chasser, même les étrangers.

Dans ce chapitre, les notions de naminiqarniq-piqarniq, « propriété », de katujjiqatigiirni, « partage », et de
minararniq-ningiqtarniq, « distribution », sont expliquées par les aînés. Les
questions morales que ces notions impliquent évoquent d’autres sujets tels
que le vol, tiglingniq, le mensonge, sagluniq, l’avarice, minnitujuq-tukkuittuq,
et finalement l’adoption, tiguarniq et les mariages arrangés,
piksariiktitausimallutik. Les aînés ont parlé de tout cela très ouvertement, ce que
les étudiants ont beaucoup apprécié. Bernice Kootoo, Myna Ishulutaq et Vera
Arnatsiaq ont écrit, dans la conclusion de leur essai : « Nous sommes ravies
d’avoir eu la possibilité de rencontrer les aînés et d’avoir pu leur poser des
questions. Nous apprécions le fait qu’ils aient réussi à nous transmettre une
partie de leur savoir. Nous pensons que les aînés nous ont mises à l’aise en
nous encourageant à leur poser des questions, sans nous rabaisser et sans nous
réprimander quand nous ne connaissions pas la réponse. »