Accueil > Une incursion dans la tradition orale inuit > Perspectives sur le droit traditionnel > Conseils aux femmes

Photo Inuit woman trimming seal oil lamp taken during Eastern Arctic Patrol

 

Conseils aux femmes

Citation :
Marie Tulimaaq
Si les parents de la femme et les parents de l’homme s’étaient parlé, du fait qu’ils étaient plus âgés et plus sages que nous, ils savaient si l’homme était bon. Ils connaissaient leur fils et leur fille et connaissaient la personne promise à leur enfant. On disait à la femme : « Si tu es une bonne personne il t’aimera davantage. » Les parents de l’homme lui parlaient aussi. C’est comme ça qu’ils coopéraient. À cette époque-là, un homme avait une épouse et une femme avait un mari quand les beaux-parents étaient d’accord. Si ses parents à elle donnaient leur accord, alors elle devenait une épouse. (Page 77)
Présentation :
Marie Tulimaaq
Aujourd’hui, les femmes inuit ont des opinions très arrêtées sur des
sujets controversés tels que le viol et les mariages arrangés. Est-ce qu’il
y avait des viols dans le passé et si oui, comment traitait-on ce
problème? Comment les femmes acceptaient-elles les mariages arrangés?
Imaruittuq a mentionné dans le chapitre précédent que le viol était préférable
à la bestialité. Cette réponse ne satisfait pas un grand nombre de jeunes
femmes inuit. Afin de pouvoir parler de ces questions brûlantes, une session
« pour femmes seulement » a été organisée et les étudiantes ont posé des
questions à Marie Tulimaaq sur les règles auxquelles les femmes devaient
obéir. Tulimaaq raconte comment son mariage a été arrangé. « Je ne savais pas
comment les hommes étaient, je n’avais jamais eu de relations sexuelles, et le
fait de me marier et d’avoir un mari, tout cela a été angoissant pour moi. » Mais
elle reste fermement convaincue que les mariages arrangés du passé étaient
meilleurs que les formes de mariage modernes. « Je pense que c’était
préférable quand les mariages étaient arrangés à l’avance et que les couples
étaient formés et restaient ensemble. Ce n’est plus comme ça maintenant. »
Tulimaaq ne pense pas qu’elle a été victime de sa culture et quand on lui
demande de parler du pouvoir des femmes, elle répond : « Ils disaient : “Tu
n’es rien qu’une femme.” Mais malgré ça, les femmes étaient très utiles. Ce
sont elles qui créaient les liens familiaux et ce sont elles qui s’assuraient que
tout le monde était propre et bien habillé. Peut-être que ceux qui disaient ça
pensaient qu’il y avait trop de femmes. Quant à moi, je suis une femme. »