Accueil > Quand le Nord rencontre le Sud > Souvenirs inuits sur la présence militaire à Iqaluit > DÉCLENCHEMENT DE LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE

Whaler Active 1908

DÉCLENCHEMENT DE LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE

Citation :
Jimmy Nooshoota

"Avant que les Américains arrivent à Kimmirut, nous avions entendu à la radio qu’une guerre avait éclaté, un type de radio qui n’a pas besoin de pile. Des avions apportaient aussi du courrier aux qallunaat, comme les traiteurs et les policiers."
Présentation :
Dans le chapitre I, les aînés nous parlent de la guerre, de la peur des Iqaluitois ainsi que de l’arrivée des premiers avions et des Américains. Les Inuits savaient qu’une guerre faisait rage; Napatchie Noah raconte qu’il n’y avait pas de radio à cette époque, mais qu’ils pouvaient écouter les nouvelles au poste de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson de Ward Inlet, où il y avait une radio éolienne, ce que confirme Simonie Michael.

Selon Jimmy Nooshoota, personne ne semblait avoir peur malgré la guerre. Shorty Shoo affirme qu’il n’était pas effrayé, mais sa femme Annie, oui. Elle mentionne qu’elle avait peur des avions. Akaka Sataa raconte la première fois qu’il a vu un avion. Il ne se souvient pas d’avoir eu peur; des qallunaat l’avaient aidé.

Inuapik Saagiaqtuq ne se rappelle pas avoir entendu parler de la guerre avant l’arrivée des Américains. Mais elle se rappelle très bien la première fois qu’elle a vu des avions. Elle raconte une anecdote : son frère, qui faisait partie du groupe de chasseurs, s’est sauvé vers le lac lorsqu’il a entendu le bruit des avions, mais ironiquement, l’avion s’est posé sur l’eau.

Anugaaq Arnaqquq parle de l’arrivée des Américains et mentionne qu’ils étaient accompagnés de deux Inuits, qui leur servaient de guide. Les Américains cherchaient des endroits où construire des maisons près de Kimmirut, mais comme il n’y avait pas de terrain approprié, ils se sont installés temporairement dans la baie de Frobisher vers 1941.

Martha Kilabuk nous apprend que Sheutiapik, le père adoptif de Jimmy Nooshoota, a aidé les Américains à trouver un endroit propice à la construction de maisons. Jimmy Nooshoota est heureux de pouvoir parler pour la première fois de l’influence de son père sur le déménagement des gens à Iqaluit. Il a souvent demandé à des organismes que son père soit reconnu comme l’un des fondateurs de la ville.