Accueil > La création du Nunavut > Regards inuit sur le pays canadien > À la découverte du monde

Parc national d'assuituq. Environs de Broughton Isalnd.

Sur les rives de la baie d'Ungava, au sud de Killiniq.

À la découverte du monde

Présentation :
Dans le chapitre douze, John nous parle de ses nombreux voyages. Il se remémore un voyage en Éthiopie, à l’occasion de la famine de 1984, à Moscou, environ six mois avant l’effondrement de l’Union soviétique, où il a rencontré des représentants d’organisations autochtones russes, à Rome, en Suède, au Danemark, à Paris, à l’invitation du président Chirac, qui lui a remis l’insigne de Chevalier de la Légion d’honneur, en Australie et aux États-Unis. Il nous fait part de ses impressions des différents endroits et des gens qu’il a rencontrés. Il nous parle de Michèle Therrien, une Québécoise qui enseigne l’inuktitut à Paris. Il revient sur des déclarations d’appui de Jacques Chirac envers les souverainistes québécois. En outre, il nous parle d’un voyage effectué en Alaska, en vue de l’organisation de la première Conférence circumpolaire inuit. Il raconte les efforts qui ont été déployés afin que le gouvernement soviétique permette aux Inuit de son pays de participer aux conférences internationales. Il présente les différences entre les Inuit du Canada, des États-Unis et du Groënland, et parle des échanges culturels qui ont lieu entre les trois groupes. Il mentionne l’importance que les Inuit accordent à leur communauté et à l’identité régionale. En outre, il nous parle de l’écriture syllabique, de son histoire et de la difficulté que les jeunes Inuit ont à l’apprendre. Il conclut en parlant de son amour pour la chasse et la nature, et de leur importance dans la vie des Inuit.