Accueil > Quand le Nord rencontre le Sud > Souvenirs inuits sur la présence militaire à Iqaluit > EMPLOIS À LA BASE MILITAIRE

Parc national d'assuituq. Environs de Broughton Isalnd.

Caribous dans la vallée de la rivière Koroc, dans les Monts Torngat.

EMPLOIS À LA BASE MILITAIRE

Citation :
Pallu Nowdlak

"Tous ceux qui voulaient travailler pouvaient venir, puisqu’il n’y avait pas beaucoup de gens dans les environs. Comme il n’y avait que quelques personnes, ils embauchaient n’importe qui. Ils n’avaient pas besoin de compétences particulières. Tous ceux qui voulaient travailler pouvaient travailler."

Présentation :
Dans le chapitre X, les aînés qui ont travaillé à la base, pour les Américains et les Canadiens, nous confient leurs souvenirs. Pallu Nowdlak nous parle des premiers Inuits ayant vécu parmi les qallunaat. Celui-ci, Akisu Joamie et Lucatsie Nowdlak nous décrivent le travail des gens qui pompaient du combustible, un travail qui avait lieu jour et nuit. Pallu Nowdlak mentionne que les travailleurs étaient payés en nourriture américaine, ce que confirme Akisu Joamie, qui nous parle également de l’époque où les Inuits ont commencé à recevoir de l’argent. Pallu Nowdlak et Martha Michael nous racontent qu’à l’époque tous ceux qui voulaient travailler pouvaient travailler, et qu’il n’y avait pas de processus d’embauche particulier. En outre, des aînés nous parlent de la façon dont les gens communiquaient, et Simonie Michael mentionne que les gens qui parlaient anglais étaient favorisés. Martha Michael nous fait part de ses souvenirs de Nakasuk. Akisu Joamie et Simonie Michael nous parlent de leur travail aux cuisines de la base. Napatchie Noah mentionne que seul Nakasuk travaillait pendant l’hiver ; les autres Inuits repartaient vers leurs camps à l’automne. Mary Peter et Elijah Pudlu nous indiquent quels types de produits étaient vendus au magasin de la CBH, et Simonie Michael nous parle des prix des produits que les Américains vendaient. Iqaluk Ipeelie nous parle de son travail comme conducteur et de la façon dont il a appris à conduire. Il nous révèle les salaires de l’époque. Jimmy Nooshoota nous parle des différents emplois qu’il a occupés. Il mentionne que seul un qallunaat, qui est arrivé après le départ des Américains, était accompagné de sa femme et de ses enfants, mais il n’y avait aucune femme ni enfant qallunaat lorsque les Américains étaient à Iqaluit. Il nous raconte également son déménagement à Iqaluit. Anugaaq Arnaqquq nous parle des différences entre les militaires et les gens du gouvernement.