Accueil > Un vent de changement > Les rêves et leur interprétation > Explorons nos rêves : un dialogue intergénérationnel

Fonte de la banquise dans les environs de Broughton Isalnd.

Sur les rives de la baie d'Ungava, au sud de Killiniq.

Explorons nos rêves : un dialogue intergénérationnel

Citation :
Felix Pisuk
J’aimerais faire un commentaire à propos de ce dont tu parlais. C’est tout un fardeau que de faire un rêve prémonitoire. Même si on ne veut pas que l’événement annoncé se produise, même si on n’y est pour rien, il y a toujours des gens qui nous croient responsables. Il vaut mieux raconter son rêve à quelqu’un dès que l’on se réveille. Au début, les gens ne nous croient pas lorsqu’on leur raconte des choses de ce genre, surtout les jeunes. Si vous faites un rêve de ce genre, les gens ne vous tiendront pas responsable de ce qui arrivera par la suite. Parlez-en immédiatement. Vous vous sentirez mieux après l’avoir fait.

Depuis sa tendre enfance, ma femme se réveille parfois et déclare que telle ou telle personne vient de mourir. C’est pour cela que j’ai peur quand elle rêve à moi. Elle a toujours su quand les gens mouraient, malgré elle et contre son gré. Mais, à ce que je sache, elle n’a jamais fait de rêve qui annonçait autre chose qu’un décès.
Présentation :
Au cours de ce chapitre, les étudiants soumettent à l’interprétation des aînés quelques-uns de leurs rêves et des rêves dont il est fait mention dans les entrevues présentées au chapitre 15. Sur la question des rêves prémonitoires, Ka&&ak, Pisuk et Agiaq admettent leur existence, soulignant qu’ils n’identifient pas toujours les personnes qui seront visées par l’événement annoncé. Pisuk souligne que ces rêves sont vécus comme un fardeau, puisque le rêveur, même s’il ne peut rien faire pour empêcher l’événement, est souvent accusé à tort d’y avoir une certaine responsabilité.

L’un des coordonnateurs du projet affirme que bien des jeunes aujourd’hui n’ont pas accès à des anciens pour leur parler de leurs rêves ou encore n’osent pas le faire. Il demande ensuite aux trois aînés si les jeunes leur racontent leurs rêves. Ka&&ak et Pisuk répondent par l’affirmative, mais Agiaq, qui se montre réticent au sujet depuis le début, avoue ne pas même porter attention à la question. Par le passé, les enfants et les jeunes gens racontaient leurs rêves à leurs parents pour en apprendre la signification.

La discussion revient ensuite sur les tuurngait. On s’inquiète de savoir si ceux-ci peuvent apparaître en rêve et pousser les jeunes à se suicider. Pisuk explique que certains tuurngait pouvaient creuser des trous invisibles dans la terre pour capturer les tarniit. Il associe cette croyance au rêve que raconte l’un des étudiants, rêve dans lequel il se trouve dans un trou duquel il ne peut plus sortir.