Accueil > La création du Nunavut > Regards inuit sur le pays canadien > Du plan initial à la réalité : le Nunavut aujourd’hui

Du plan initial à la réalité : le Nunavut aujourd’hui

Citation :
John Amagoalik

Nous savons tous que les emplois sont rares ici. Nous voulions les étaler le plus possible, et nous avons entrepris des discussions sur la façon d’y arriver. Nous avons parlé de partage d’emploi, de travail saisonnier et de congés particuliers pour les employés inuits à certains moments de l’année, par exemple, lorsque toute la communauté va à la pêche aux palourdes à marée extrêmement basse, à l’arrivée des oies, ou quand le poisson descend la rivière pour la première fois. Ce sont des moments importants pour les Inuits. Nous voulions que le gouvernement reconnaisse cette situation et soit le plus souple possible en permettant aux employés inuits de prendre congé à ces occasions et en examinant le partage d’emploi. Deux personnes pourraient partager un emploi si elles le souhaitent. Certaines de ces recommandations ont été mises en œuvre. Nous pouvons prendre congé si nous souhaitons aller à la chasse et si le temps est particulièrement approprié. Le gouvernement du Nunavut a pris nos suggestions au sérieux.
Présentation :
Dans le chapitre dix, John nous parle des progrès qui ont été réalisés depuis la création du Nunavut, des aspects qu’il reste à améliorer, notamment la rareté des emplois, ainsi que des solutions envisagées. Il explique les avantages et les répercussions de la décentralisation des pouvoirs gouvernementaux, qui a également eu lieu au sein du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest. Il nous parle d’Iqaluit, qui est maintenant une ville très cosmopolite, et des tensions qui existent entre les Inuit et les non-Inuit. Il souligne le rôle des nouvelles technologies, qui constituaient un élément important du plan de décentralisation ainsi que la façon dont elles ont profondément modifié le travail des employés du gouvernement. Elles ont aussi permis de briser l’isolement des collectivités. En outre, John nous explique pourquoi il ne s’est pas présenté aux premières élections territoriales et les raisons pour lesquelles il a choisi de se présenter aux élections suivantes. Enfin, il parle de la faible représentation des Inuit au sein du gouvernement du Nunavut ainsi que de la lenteur de ce dernier à faire progresser certains dossiers, notamment en ce qui concerne l’inuktitut et l’adoption d’une nouvelle loi sur l’éducation.