Accueil > Une incursion dans la tradition orale inuit > La cosmologie et le chamanisme inuit > Qilaniq, irinaluit, qinngarniq et aarnguat

Qilaniq, irinaluit, qinngarniq et aarnguat

Citation :
Johanasi Ujarak
 Ceci n'est qu'un exemple que je vous ai raconté pour vous montrer comment la personne qui exécutait la qilaniq posait des questions à son esprit assistant. Je me souviens aussi d'Arraq quand il a exécuté une qilaniq. Mon père et ma mère étaient partis à Naujaat peu après la formation de la glace. Un bon moment avait passé et ils n'étaient toujours pas rentrés. Arraq a commencé à s'inquiéter. Apparemment, il pensait que ça leur prenait trop de temps pour rentrer. Un soir, alors que nous avions fini toutes nos tâches, il a décidé de faire une qilaniq en utilisant sa jambe pour déterminer si oui ou non ils étaient sains et saufs. La famille avec qui je vivais consistait en Arraq,  sa femme,  sa mère Nattiq, mon frère Nataaq et moi-même. Arraq décida de demander à un esprit-assistant de découvrir si quelque chose était arrivé à Ava et à sa femme. Il a attaché une lanière à une de ses jambes et a attendu l'arrivée de son esprit-assistant, qu'il appelait son apiqsaq. Il dit que lorsque l'apiqsaq arriverait, sa jambe deviendrait lourde. Quand elle est devenue lourde, il a commencé à demander si les voyageurs étaient en danger. Sa jambe est devenue très légère quand il a demandé s'ils étaient en danger. Quand il s'est assuré qu'ils n'étaient pas en danger, il lui a demandé quand ils allaient rentrer. Quand il a su qu'ils allaient rentrer bientôt, et qu'ils n'étaient pas en danger, il a mis fin à sa qilaniq. Il avait posé un grand nombre de questions pour obtenir ces informations.

Présentation :
Le rituel de divination, ou qilaniq, pouvait être utilisé pour déterminer les causes de la maladie d’un patient ou de toute autre malchance, comme par exemple, une mauvaise saison de chasse. N’importe qui pouvait accomplir ce rituel – il n’était pas réservé aux angakkuit seulement. Tant qu’une personne avait un morceau de cuir, elle pouvait quila. Leurs objets utiles pouvaient être une jambe, une tête, même les chaussettes d’un membre de la famille, montées en forme de tête. Les objets étaient attachés et soulevés, puis pesés. Ujurak disait, « Lorsque son apisaq (esprit protecteur) rentrait dans sa jambe, celle-ci devenait lourde. Lorsqu’elle devenait lourde, il commençait à demander si les voyageurs étaient en danger ou non. Sa jambe devenait très légère lorsqu’il demandait s’ils étaient en danger. » La légèreté signifiait une réponse négative – dans ce cas, les voyageurs étaient saufs. « Performer le qilaniq était comme parler au travers d’une radio, pour avoir des nouvelles (d’endroits éloignés). » Le qilaniq était considéré comme étant une source d’information beaucoup plus fiable que makittarniq, faire de la prédiction à l’aide d’os de phoque. Un irinaiutit était chanté pour réparer un tort, pour attirer les animaux en vue d’une bonne chasse, pour aider un enfant malade à se lever et s’habiller. Qinngarniq, la prière criée, était utilisée dans les situations plus extrêmes, et plus souvent sur la neige qui n’avait pas encore été piétinée. N’importe qui pouvait qinngaq, même les enfants. Aarnguat, les amulettes, étaient données aux enfants pour les débarrasser de leurs craintes : cela pouvait être des figurines de bois, des oursins de mer séchés, et elles étaient souvent cousues à l’intérieur des vêtements. Péter ou souffler sur quelque chose ou quelqu’un pouvait faire fuir la peur et la maladie.