Accueil > Une incursion dans la tradition orale inuit > La cosmologie et le chamanisme inuit > Rencontres avec les Inurajait, des êtres anthropomorphiques

Rencontres avec les Inurajait, des êtres anthropomorphiques

Citation :
Mariano Aupilaarjuk
J’ai déjà vu un ijiraq. Un jour j’ai vu un pangniq, un caribou mâle, qui avait l’air très différent. Ses bois étaient très différents, tout à fait recourbés vers le bas. Je l’ai vu très récemment, avec mon fils. Je ne voulais pas le voir parce que je suis chrétien, mais cet être s’est montré à nous. Je pouvais le voir avec mes jumelles. Si ça avait été un vrai caribou, il aurait été épais, mais il était très mince, pourtant il avait bien la forme d’un caribou. La différence entre ce caribou et d’autres caribous, c’est qu’il regardait autour de lui tout en mangeant, sans lever la tête. On pouvait voir qu’il avait très peur. D’après ce que j’en ai entendu dire, je pense qu’il s’agissait d’un ijiraq. Les ijirait peuvent ressembler aux caribous. Ces ijirait qui ressemblent aux caribous sont des humains qui se sont transformés en ijirait après leur mort. Selon moi, c’est ce que j’ai vu.
Présentation :
Il est courant de rencontrer, ou de presque rencontrer, des êtres-esprits, tels les inurajait, des esprits anthropomorphiques; et les uumajuit, des esprits zoomorphiques. De telles rencontres ont une grande portée. Nutaraaluk nous parle de certaines conditions spéciales pour la rencontre avec de tels êtres, des signes tels un état nébuleux de la vision ou la perception d’un brouillard, « comme un mirage. » Il pense qu’il a eu cette expérience parce qu’il était perturbé par quelque chose en particulier. Les inurajait sont enclins à être gentils et désireux de rentrer en contact avec les humains. Les esprits zoomorphiques, les uumajuit, étaient plus ambivalents et pouvaient être agressifs. Les ijirait ont été, une fois, des personnes mortes, mais sont devenus des êtres-esprits invisibles. Ils portent des habits et utilisent les mêmes outils que les vivants; ils vivent dans une réalité parallèle mais ne sont pas particulièrement dangereux.
Cependant, il n’est pas bon de passer trop de temps en compagnie d’un ijiraq, et il faut faire attention à ne pas le contrarier. Aupilaarjuk parle de deux façons de se protéger des ijiraq : à Nattilik, un tatouage entre les yeux pouvait les écarter; et les Inuit côtiers tentaient de les duper en leur faisant croire qu’ils étaient incroyablement forts. Avoir une relation avec les inurajait ou tout autres tuurngait était très dangereux. Si une personne avait des rapports sexuels avec un esprit, sa vie pouvait devenir très insatisfaisante; cela écourtait la vie. Il s’agit d’une chose très maléfique, avec de graves conséquences. Cela pouvait même affecter son apparence. Si la personne n’en parlait pas, cela pouvait finalement la tuer.