Accueil > La création du Nunavut > Regards inuit sur le pays canadien > Tirer les plans pour le Nunavut

chasse au caribou ds les environs d'Arctic Bay

Tirer les plans pour le Nunavut

Citation :
John Amagoalik

Au début, les relations de travail de l’ITC avec le gouvernement fédéral étaient différentes de celles qu’il a de nos jours. Il jouait davantage un rôle d’adversaire. Aujourd’hui, l’Inuit Tapiriit Kanatami (ITK) déploie des efforts de coopération avec le gouvernement du Canada relativement à des projets et à l’obtention de contrats avec les ministères sur des questions comme la santé. Mais à l’époque, il participait à une lutte avec le gouvernement en vue de négocier les règlements des revendications territoriales et de créer un territoire. Il y avait une certaine animosité entre l’ITC et le gouvernement, car ce dernier estimait que les Inuit n’avaient aucuns droits fonciers. Lorsque nous avons entrepris les négociations, sa position était claire : les Inuit avaient peut-être encore des droits de chasse et de piégeage dans l’Arctique. C’était tout. Selon lui, les Inuit n’avaient aucuns droits ancestraux et, au fil des années, à la suite de mesures et de lois du gouvernement, celui-ci avait probablement éteint leurs droits fonciers. Cette position était inacceptable pour les Inuit.
Présentation :
En 1993, John est nommé Commissaire en chef de la Commission d’établissement du Nunavut. Dans le chapitre neuf, il nous parle de son rôle ainsi que du processus de nominations au sein de la Commission, et il nous présente les commissaires avec qui il a travaillé. Il nous décrit les principales responsabilités de la Commission. Il souligne les débats qui ont eu lieu au sein de celle-ci ainsi que les différentes alternatives au mode de scrutin qu’elle a examinées, notamment l’élection du premier ministre au suffrage direct et la représentation égale des femmes au sein du gouvernement, idées qui ont finalement été rejetées. Il évoque le dossier du choix de la capitale, qui a soulevé les passions. Il parle de la place des femmes dans la société nunavutoise, une situation étroitement liée au colonialisme. Il raconte avec émotion la façon dont les mesures prises par le gouvernement colonial ont miné l’autorité des hommes inuit, notamment le massacre des qimmit, les chiens de traîneaux, qui occupaient une place centrale dans la culture inuit. Il mentionne l’attitude du gouvernement des Territoires du Nord-Ouest envers le Nunavut et ses stratégies de décentralisation.