Accueil > Quand le Nord rencontre le Sud > Souvenirs inuits sur la présence militaire à Iqaluit > TRAVAIL AUX SITES DU RÉSEAU DEW – QUELQUES SOUVENIRS

Parc national d'assuituq. Environs de Broughton Isalnd.

Caribous dans la vallée de la rivière Koroc, dans les Monts Torngat.

TRAVAIL AUX SITES DU RÉSEAU DEW – QUELQUES SOUVENIRS

Citation :
Jimmy Komarjuk

"[Je suis resté à Fox 3] deux ans. Pendant tout ce temps, j’étais le seul Inuit. Je travaillais à la construction et à l’entretien des routes. […] Nous étions envoyés à tous les sites du réseau DEW, même en Alaska. Nous étions envoyés partout de Fox Main. Nous n’arrêtions jamais."
Présentation :
Au chapitre XII, Jimmy Komarjuk et Tomassie Naglingniq nous présentent un compte rendu de la vie des travailleurs et une description de la situation générale dans les sites du réseau DEW.

Jimmy Komarjuk ne vivait pas à Iqaluit lorsque les Américains y étaient, mais il a côtoyé des militaires quand il travaillait au réseau DEW. Il mentionne que certains qallunaat des sites du réseau étaient américains, d’autres étaient canadiens, mais qu’ils étaient tous des militaires. D’autres Inuits et lui faisaient la rotation entre Iqaluit, où il a d’abord reçu une formation, et les autres sites du réseau, de l’Alaska au Groenland. Il raconte la façon dont il a été choisi pour ce travail. Il mentionne qu’il n’y avait toujours qu’un seul Inuit par site. Cependant, la langue ne constituait pas une grande difficulté, même s’il ne parlait pas anglais.

Jimmy Komarjuk nous fait également part de ses impressions du Sud, où il s’est rendu à quelques reprises pour recevoir une formation. Il nous décrit les sites, son travail et la façon dont il vivait. Il indique que les gens ne savaient pas exactement pourquoi ces sites étaient construits, mais qu’ils avaient entendu dire qu’il y avait des risques d’une attaque russe. En outre, il nous parle de son oncle Peter Pitseolak.

On mentionne le fait que les Américains ont laissé des déchets toxiques dans l’île Résolution. Jimmy Komarjuk ne connaît pas beaucoup la situation, mais Tomassie Naglingniq, qui a également travaillé à un site du réseau DEW, nous raconte que ce sont les Canadiens qui ont demandé à ce que de nombreuses matières contaminées soient enterrées. Il nous parle de la façon dont tout cela a eu lieu. Récemment, il a montré à des personnes du Sud l’endroit où les matériaux ont été enterrés.